Institutions

Comment le football féminin français a pris un énorme retard sur ses voisins l’Espagne ou l’Angleterre

Sakina Karchaoui
Sakina Karchaoui

C’est un sujet qu’on évoque régulièrement sur cette newsletter : l’évolution du football féminin en France, et notamment celui des clubs.

Alors qu’il était leader européen, au moins grâce à ses deux têtes de pont (OL et PSG), le football français a été dépassé par l’Allemagne, l’Angleterre et même l’Espagne.

Le diffuseur s’est notamment plaint des conditions de travail : « Trop de stades de D1 ne disposent pas des infrastructures suffisantes pour nous permettre d’assurer une captation de qualité : parfois, nous ne savons pas où installer nos caméras, elles ne sont pas protégées des intempéries, ou encore nous avons des problèmes d’éclairage » explique Thomas Sénécal, directeur des Sports de Canal +.

L’Angleterre profite notamment d’un Euro 2022 qui a permis de donner un large coup de boost à la Women’ Super League, qui bénéficiait déjà d’un contrat TV record (7M£ par saison), un naming généreux avec la Barclays (10M£ sur 3 ans), etc.

A court terme, deux échéances majeures et concomitantes arrivent :  le renouvellement du contrat de diffusion avec Canal+ et la création d’une ligue professionnelle.

À lire sur rmc sport

Retrouvez, tous les matins, le meilleur de l’actualité du sport business dans notre newsletter :
le Café du Sport Business

Vous pourriez aussi aimer

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus d'article dans:Institutions